galerie Galeries d'images
Les collections

Luca GIORDANO

(Naples 1634-1705)

Mort d'un philosophe (Suicide de Caton)

Huile sur toile, 2e moitié 17e siècle

inv. 1896.24

Choisissez une oeuvre :
Tableau intitulé Loth et ses filles Tableau intitulé A Bagnolet Tableau intitulé Le singe qui boit Tableau intitulé Portrait de femme en rouge Tableau intitulé Le prophète Elie Statue de Saint Etienne Statue L'âge d'airain Vase La matière pour nous est matière à poésie Vase La grande communion de la nature Tableau intitulé Mort d'un philosophe (Suicide de Caton)Pirogue monoxyle néolithique Tableau intitulé Berger et moutons dans la campagne Portrait de Marguerite

@ Musées de Cognac

Tableau intitulé Mort d'un philosophe, suicide de Caton

Mort d’un philosophe ou Le suicide de Caton

L’artiste
Luca Giordano est un artiste prolifique de la seconde moitié du 17e siècle. Né à Naples, il est lui-même fils d’un peintre. Son père l’envoie se former auprès de Giuseppe de Ribera grand représentant du ténébrisme (courant artistique qui, à la suite du Caravage, poursuit au 17e siècle l’exploration du clair-obscur, développant particulièrement la part de l’ombre dans un éclairage artificiel et les sujets macabres). Luca Giordano passe une partie de sa carrière en Espagne auprès de Philippe II et prend part à la réalisation de décors pour l’Escurial ou le Palais Royal. Il y connait la célébrité puis retourne à Naples vers la fin de sa vie où il est à la tête d’un véritable atelier de production. Son œuvre aborde une grande variété de sujets (religieux, mythologiques, décors, représentations de saints et de philosophes).

Après une première attribution à Ribera, c’est Pierre Rosenberg qui confirme l’attribution de ce tableau à Luca Giordano. Il s’agirait plutôt d’une œuvre de jeunesse influencée par Ribera datée, par les spécialistes, des années 1660/1665.

Le sujet
On connaît au moins six versions du suicide de Caton par ce peintre. Il s’agit d’un sujet en vogue dans l’Italie du 17e siècle où l’exaltation des vertus, la référence à l’Antiquité, les représentations des grands hommes sont courantes pour des commanditaires en quête de tableaux à vocation moralisante. Les nombreuses représentations des saints en martyrs à la même époque s’inscrivent dans cette tendance.
Ce tableau évoque le dernier épisode de la vie de Caton d’Utique (dit Caton le Jeune) Marcus Porcius Cato (95-46 av. JC) arrière petit-fils de Caton l’Ancien. Homme d’état et philosophe romain, il fut un républicain ardent et adversaire de César. Après la victoire de ce dernier à Thapsus contre Pompée, Caton, retranché à Utique, préfère se donner la mort en stoïcien inflexible plutôt que de tomber aux mains ennemies et d’assister à la fin de la République. Plutarque (v. 46/49 – 125) relate dans ses Vies l’histoire de Caton d’Utique et raconte avec beaucoup de détails les derniers instants du héros romain :
(…)
Dès que Butas fut sorti, il tira son épée et se l'enfonça sous la poitrine; mais l'inflammation de la main ayant affaibli le coup, il ne se tua pas tout de suite; en luttant contre la mort, il tomba de son lit et renversa une table qu'il avait auprès de lui et qui servait à tracer des figures de géométrie. Au bruit qu'elle fit en tombant, ses esclaves jetèrent un grand cri, et son fils entra dans sa chambre avec ses amis : ils le virent tout baigné de sang; la plus grande partie de ses entrailles lui sortaient du corps; il vivait encore et les regardait fixement. Ce spectacle les pénétra de la plus vive douleur; le médecin arriva, et, ayant reconnu que les entrailles n'étaient pas offensées, il essaya de les remettre et de coudre la plaie. Caton, revenu de son évanouissement, commençait à reprendre ses sens, lorsque, repoussant le médecin, il arracha l'appareil qu'on lui avait mis sur ses entrailles, et, ayant rouvert la plaie, il expira sur-le-champ.
(…) Caton mourut âgé de quarante-huit ans
Luca Giordano livre ici son interprétation de la partie la plus tragique du récit de Plutarque. Caton à demi dénudé, en gros plan, éclairé vivement, a réouvert la plaie qu’il s’est lui-même infligée et s’arrache les entrailles. La scène d’un réalisme presque insoutenable se détache sur un fond sombre, quasiment noir. L’éclairage directionnel, intense, confère une certaine crudité à la scène. Il fait ressortir la carnation blanche de Caton qui contraste avec le coloris rouge, sanguinolent de la plaie et des viscères déployés. Le personnage principal a le visage déformé par la douleur, les yeux sont comme révulsés, la bouche grimaçante. De son bras gauche, Caton étire son intestin… le peintre accentue ainsi le caractère horrible de la scène et crée une oblique dynamisant la composition du tableau. Les personnages secondaires sont quasiment inexistants, celui que l’on aperçoit, épouvanté par le spectacle qui s’offre à ses yeux, pourrait être son propre fils.

La scène, toute concentrée sur le personnage principal, donne encore quelques indications sur les derniers instants, fidèle au témoignage de Plutarque. Devant Caton, une épée courte, l’instrument de sa mort et des feuillets, référence au texte de Platon que le héros aurait lu dans les moments précédant son acte (Le Dialogue sur l’immortalité de l’âme, où Phédon relate la mort de Socrate, dont il fut témoin, et rapporte ses derniers propos).

La morale stoïcienne s’incarne à travers cette version violente du suicide philosophique. Une morale exigeante dont la devise était "Sustine et abstine" (souffre et abstiens-toi). Elle prône l’impassibilité dans la douleur, la maîtrise de la souffrance, la force d'âme dans l'adversité, la grandeur et la dignité face à la mort. Ici le sujet, héroïsé et viril, soucieux de sa liberté, s’affirme jusque dans son dernier acte.

 

 

© Musées de Cognac - Conseil des Musées de Poitou-Charentes -mentions légales
> Les Musées >  Le MAH - Les collections
Plan du site ^ Haut